Taille des fruitiers

Quels sont les objectifs de la taille des fruitiers ?

L’action de tailler consiste à orienter les rameaux pour un meilleur ensoleillement, supprimer le bois mort, équilibrer le poids des fruits sur l’arbre, reconnaître et raccourcir les branches qui épuise l’arbre et favoriser la fructification, à savoir distinguer les bourgeons à bois des bourgeons à fleurs et les déclinaisons de ces derniers. L’observation ne s’arrête pas là puisqu’il faut distinguer les différents supports de bourgeons notamment chez l’abricotier (voir en bas de page).

De grosses branches et rameaux sont souvent supprimés sur les arbres fruitiers non entretenus. Cette taille drastique favorise la maladie des plantes et retarde la mise à fruits des arbres à noyau qui supportent particulièrement mal les grosses plaies de taille. Aussi, le jardinier doit-il tailler une à deux fois chaque année. La raison principale étant l’obtention d’une production abondante et de bonne qualité.

Outre la taille pratiquée en désinfectant régulièrement nos outils de coupe, nos traitements préventifs et naturels ainsi que nos méthodes culturales éprouvées depuis quinze ans, dont le paillage au pied, sont déterminantes pour créer les condition favorables aux arbres fruitiers. Autant de gestes pratiqués et d’adaptations nécessaires pour optimiser la fructification…

Quand se pratique la taille des fruitiers ?

En hiver, les opérations de taille ne concernent que les arbres à pépins (pommier, poirier). Leurs rameaux peuvent donner du fruit plusieurs fois. La taille doit s’effectuer avant la montée de la sève, dans la période où son activité est minimale. Les arbres à noyaux apprécient généralement une taille après fructification jusqu’en en février/mars or période de gel. Une taille de récolte en été est nécessaire pour l’abricotier, prunier, et pommier.

Comment se pratique la taille des fruitiers ?

Un arbre fruitier haut donnera moins de fruits qu’un petit arbre possédant plus de branches horizontales. Les arbres ont naturellement une dominance apicale : leurs rameaux se développent verticalement. Quand on supprime une partie d’une branche, c’est le bourgeon situé juste en dessous de la coupe qui se développera le plus. Pour information, il existe deux types de bourgeons : les bourgeons à fleurs (futur fruit) : ils sont renflés, et ronds, perpendiculaire au bois, et les bougeons à bois (future branche) : longs et pointus à privilégier si l’arbre est jeune.

Voici les nombreuses déclinaisons des bourgeons chez l’abricotier : Le plus petit bourgeon L’Œil à bois produit une pousse feuillée. La Brindille : frêle rameau à bois sur les arbres vigoureux. Les bourgeons à fleurs sont à privilégier : Le dard : évolution de l’œil à bois vers la fructification, futur bouton à fruit ou pousse feuillée. Le bouton à fruit : le plus gros bourgeon produit une fleur, puis un fruit après fécondation. La Lambourde : brindille portant un bouton à fruit à son extrémité. La Bourse : vestige de l’emplacement d’une fructification. À ne surtout pas tailler car elle produit des fruits chaque année. La Stipulaire : œil latent à la base des rameaux. Et la Coursonne : partie de l’arbre qui reste sur la branche charpentière après la taille. Cette branche secondaire, taillée court tous les ans, porte les fruits ou les nouvelles pousses de l’année.