Maladie des plantes

Nous respectons votre environnement et privilégions des produits efficaces ciblant un maladie des plantes, non nocifs pour la santé humaine d’une part, mais aussi pour celle des pollinisateurs. Lorsque le recours à la chimie de synthèse s’avère indispensable, nous vous informons des risques liés à la substance active et du temps de rémanence du produit.

Le glyphosate, désherbant total considéré en 2015 comme étant un « probable » cancérigène et perturbateur endocrinien par l’O.M.S., a été en juin 2017 lavé de tout soupçon par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), voir l’article de La Dépêche du Midi du 14 aout 2017. La loi de juillet 2015 en vigueur, interdit ces produits désherbants et pesticides à la vente pour les particuliers dès le 1er janvier 2019. Pourtant il ne le seront toujours pas pour les agriculteurs qui en France représente 92% des épandages…

Moins liés à la pétrochimie, des insecticides et fongicides naturels sont efficaces. C’est le cas du sulfate de cuivre ou bouillie bordelaise pour de nombreux champignons dont le mildiou. Il ne doit pas être surdosé car s’accumule dans le sol à la différence du souffre, de l’aliette pour les champignons phytophthora et chancre cortical du cyprès par exemple. Et bien-sûr des purins reconnus et efficaces (d’ortie, de prêle, de consoude…) autorisés dans les jardins mais pas à la commercialisation !..

En association avec un mouillant type savon noir, les huiles essentielles sont également des insecticides efficaces et peu utilisés. Elles évitent pourtant de détruire les auxiliaires présents naturellement. L’huile essentielle d’ail Allium sativum fait partie des huiles essentielles à large spectre d’action contre les nuisibles dont les pucerons, fourmis, ou chenilles défoliatrices. Le clou de girofle Eugenia caryophyllus est efficace contre les fourmis. Le genévrier Juniperus communis repousse le papillon du carpocapse attaquant pommes et poire…

Nos méthodes culturales comme l’apport de matières organiques compostée adaptées au sol, le binage, le paillage, les traitements naturels dont l’apport d’oligo-éléments en pulvérisation suivant les espèces sont administrés avant que la maladie ne s’installe. Cette prophylaxie est bien plus efficace que de traiter un problème déjà installé et ce, avec des produit nocifs. Ces derniers ne traitent pas les causes. Ils éliminent au mieux pour un temps le champignon ou l’insecte mais réduit fortement les défenses naturelles du végétal ainsi que les auxiliaires. Nous optons toujours pour une solution efficace qui soit la moins agressive pour vos plantes et pour vous-même.

maladie des plantes

Le mélange d’espèces limite la maladie des plantes